Adhérences suite à une hysterectomie (n° 165)

jeu, 24/04/2014 - 16:49 -- maryse

Demande d'une lectrice parue dans la revue de mai 2014 (n° 165) sous la rubrique des lecteurs en détresse. N'hésitez pas à lui donner des conseils. Nous lui transmettrons avec plaisir.
Maryse

J'ai subi en 1992 une hystérectomie. Pour le chirurgien, c'était une opération banale mais pour un homme, "c'est toujours rien". Pour moi, la vie s'est arrêtée là. Depuis, j'ai des adhérences et l'impression d'être coupée en 2. J'avais alors 45 ans. On me propose une autre opération qui peut durer minimum 4 heures, pour décoller ces cicatrices ou plutôt cette plaie qui est collée aux intestins. Ca me brûle, un peu plus du côté droit et, lorsque je me baisse, ça me pique et me fait très mal. De plus, je fais depuis, infection urinaire sur infection urinaire. En fait, je crois que tout est lié. Je me soigne par homéopathie, je ne supporte pas leurs drogues qui tuent plus qu'elles ne guérissent. Auriez-vous une idée qui puisse me soulager ? Ne serait-ce qu'un petit peu.
Mme B. de Haute-Loire

Portrait de fabrice

Soumis par fabrice le

Bonjour,

Certaines personnes gagnent à faire un travail énergétique (acupuncture, magnétisme, analyse et reinformation cellulaire...) après une opération. Cela permet d'apaiser les membres fantômes par exemple. Ça peut être une piste.

Pour un travail plus mécanique, avant de tenter l'opération, votre lectrice pourrait tenter un travail avec un ostéo qui pratique avec un toucher interne, si elle a quelqu'un de confiance. Pas forcément agréable, mais sans doute intéressant avant de tenter l'opération. Au pire, il y aura moins d'adherences à traiter avant l'opération.

Et si elle se fait opérer, qu'elle réfléchisse bien à la meilleure manière de cicatriser histoire de ne pas avoir de nouvelles adhérences. La prise de certaines enzymes comme la serrapeptase peut être une bonne idée.

Fabrice