Maladie dégénérative

mar, 24/04/2012 - 10:34 -- maryse

Demande d'une lectrice parue dans la revue de mai 2012 (n° 145) sous la rubrique des lecteurs en détresse. Cette personne n'a pas Internet mais vous pouvez lui donner des conseils, nous lui transmettrons avec plaisir.
Maryse
Maladie dégénérative
"C’est en plein désarroi que je me permets de vous écrire. Je viens d’apprendre par la neurologue spécialiste des problèmes vasculaires au CHU de Rouen que j’avais finalement une maladie dégénérative (similaire à Alzheimer mais dans un autre domaine). Elle touche les centres moteurs et de l’équilibre. Un état d’ébriété est apparu en septembre 2010 qui a évolué peu à peu en vertiges et pertes d’équilibre. S’y ajoutent une grande fatigue, une faiblesse musculaire à la jambe droite et, depuis un mois, à la main droite entraînant une difficulté à écrire et à porter. À mes questions sur un traitement possible et les perspectives d’avenir, la réponse a été : pas de traitement connu. À terme : perte totale de l’équilibre, nécessité d’un fauteuil roulant avec une auxiliaire de vie. Actuellement, je me déplace dehors à l’aide d’un déambulateur à roulettes sur un kilomètre ou deux. Je précise que j’ai 78 ans, je suis soignée pour une hypothyroïdie auto-immune, ai eu infarctus cérébelleux, plusieurs embols aux deux yeux… Devant le constat brutal de la carence de la médecine officielle, je me permets de vous poser la question suivante : y a-t-il une possibilité d’être aidée sur un autre plan pour tenter de vivre encore un peu en attendant la déchéance prévisible ? La mort serait en ce cas préférable et j’en ai l’âge, mais nul n’est maître de son destin final. En espérant qu’il vous sera possible de me donner une réponse un petit peu positive…"
Mme M. de l’Eure

Soumis par Corinne le

Bonjour Maryse
Je viens tout juste de lire votre courrier et c'est avec stupeur que je me rends compte à quel point votre cas est similaire de nombreux autres cas graves évoqués dans 2 livres de Françoise Cambayrac : Tome 1 'Vérités sur les maladies émergentes' et Tome 2 'Maladies émergentes : comment s'en sortir'.

Je suis en train de les lire. Les maladies dites émergentes sont par ex la fatigue chronique, les allergies, les maux de têtes, dépressions, fibromyalgie, sclérose en plaques, Alzheimer, Parkinson, etc.Beaucoup de patients parlent de paralysie partielle. La thèse et les recherches de nombreux médecins en particulier américains rendent responsable... une intoxication au mercure. Un incroyable scandale sanitaire… que vous pourrez découvrir au fil des pages.
Le mercure est un poison qui se loge dans les tissus, avec une grosse préférence pour le cerveau et donc les centres moteurs, d'où les problèmes de motricité.

En France, c'est le Dr Melet, qui s'est battu longtemps contre les organisations institutionnelles et les laboratoires pour faire prendre en compte son dépistage. Il était très proche du Dr Seignalet qui a prouvé que l'alimentation hypotoxique soignait bon nombre de maladies ou désordres. Son traitement est aujourd'hui pratiqué par quelques médecins en France mais toujours pas remboursé. Vous trouverez le site de référence dans le livre.

Il est expliqué que 70 % de la population serait protégée jusqu’à une certaine exposition par un gêne, contrairement aux 30 % restants.

L'auteur dénonce les amalgames dentaire au mercure qui libèrent le mercure dans notre bouche à des doses très supérieures à ce qui est autorisé sur le lieu de travail par exemple. Attention, elle insiste que c'est encore pire de courir chez le premier dentiste se les faire retirer car pendant le fraisage ce sont des quantités affolantes de ce poison qui se déversent dans l'organisme.

Pour savoir quoi faire, lisez le livre, le traitement (cela s'appelle une chélation) doit être fait par un médecin répertorié par l'association. Vous comprendrez mieux pourquoi en lisant le livre.

En attendant ce traitement, l'auteur donne les règles qu'il faut respecter scrupuleusement dans le cas d'une intoxication au mercure, en particulier :
- Suppression du gluten sous toutes ces formes (blé, seigle, orge, avoine, épeautre et petit épeautre) et suppression des laitages également sous toutes ses formes (tous les laits y compris chèvre et brebis) et tous les dérivés (lait, beurre, yaourts, crème, fromage) ; tout écart est dommageable, ces substances accélèrent la libération du mercure stocké de façon plus ou moins ‘inoffensive’ de nos cellules vers les tissus et en particulier le tissu intestinal qui est notre plus importante barrière immunitaire
- Surtout bannir les poissons (le requin est une bombe au mercure, l'espadon, le thon, le saumon sauvage, la roussette et le marlin également, un peu plus faiblement quand même) et crustacés (tous ...) en dehors des petits poissons comme les sardines et les maquereaux
- Bannir les jus d’orange non bio  les oranges non bio sont nettoyées avec des composants au mercure et les jus d’orange industriels en sont gavés… !!!
- Important de soigner la flore intestinale avec des probiotiques extrêmement chargés en enzymes (10 milliards) qui aident à remonter la fameuse barrière intestinale ;
- Très importants de supplémenter l’organisme par des oligo-éléments car le corps est empoisonné de façon générale et en particulier par le mercure ; il faut l’aider avec: du Zinc, du sélénium, des omégas 3, des vitamines A/B/C/D/E
- Buvez de l'eau en bouteille très pure (une des plus pures : la Mont Roucous)
- Eviter le jeûne qui ne peut être bénéfique qu’à un corps en bonne santé (pas sûre que cela existe encore dans nos sociétés).

D'après l'auteur, si votre état est amélioré comme beaucoup de patients avec ce type de feuille de route pendant 1 mois, c’est que vous êtes intoxiqués à hautes doses au mercure.

Pour information, mon mari est médecin et je peux vous dire que le corps médical n'est pas informé ni conscient de ce désastre dans une large mesure. Ceux qui sont informés l'ont été par une démarche personnelle. Un patient à lui atteint de sclérose en plaques à l'âge de 35 ans et en invalidité totale pour son travail, a pu reprendre le travail à mi-temps en suivant le régime sans gluten et sans laitages. Juste ça. Ce simple conseil lui a sauvé la vie. Il est actuellement en traitement de chélation.

J'espère du fond du coeur que cette voie sera bientôt la vôtre.

Cordialement

Soumis par maryse le

Merci Corinne pour ce message plein d'espoir. Je vais le transmettre à Mme M. de l'Eure qui souffre de maladie dégénérative. Dans la revue Rebelle-Santé, le sujet de l'intoxication aux métaux lourds a été souvent abordé ainsi que la façon de s'alimenter selon le Dr Seignalet, et les livres de Françoise Cambayrac ont été présentés (voir n° 130, 138...). Vous pouvez faire une recherche par mots-clés sur notre site.
Merci encore.
Maryse

Soumis par pierre le

La maladie peut avoir insidieusement commencé il y a entre 10 et 30 années, sur un stress.
Elle débute par les pieds et monte étape par étape au fil des années et à l'occasion de stress, ensuite ce sont les jambes, puis les mains, puis la tête.
A ce stade, en général, les symptômes sont : difficulté à la marche, difficulté à utiliser les mains, un brouillard gris autour du cerveau.
Plus tard, impossibilité de marcher, impossibilité de faire quoi que ce soit avec les mains.
L'évolution suivante : il vaux mieux ne pas en parler, elle est assez pénible, ensuite c'est la délivrance et l’accueil au ciel.
Au stade de Madame M. la rémission est aisée, sans difficulté, sans contrainte, pour un coût dérisoire à la portée des plus démunis, ceci en quelques mois voir une année, mais dès la 2 à 4ème semaine il y a allègement des symptômes.
D'abord, c'est le voile gris qui disparaît, étape suivante, meilleure manipulation des mains, puis 2ème nette amélioration au niveau des mains, puis des jambes en plusieurs étapes. En fait la pathologie a commencé par le bas, et la rémission commence par le haut.
Cette durée vers la rémission, tout comme les symptômes peuvent varier d'une personne a l'autre, chaque cas étant unique. La rémission n'est pas un faux espoir, elle peut être totale, mais il peut demeurer une certaine fragilité neurologique, aussi il sera prudent, surtout la première année de ne pas se fatiguer en excès et essayer d'éviter les stress et toute vaccination, sinon il peut y avoir rechute.
Des fois, les yeux sont touchés, des fois d'autres organes, il est utile de répéter que chaque cas est unique dans les symptômes, et aussi après rémission, il peut parfois demeurer des séquelles.
Ce n'est que au stade suivant que la médecine en place est à même de poser un diagnostic, mais après 2 a 3 scanners et 2 à 3 ponctions lombaires, ensuite les patients sont très bien accompagnés, la médecine sait le faire et le fait très bien, jusqu’à la montée au ciel qui intervient environ entre 12 et 18 mois après le diagnostic.
Il vaut mieux dans un premier temps, ne pas citer le nom de cette pathologie, car en consultant le NET il peut y avoir un stress qui peut être préjudiciable et occasionner une nouvelle poussée.
Afin de connaître la thérapie praticable par tous : eval(unescape('%64%6f%63%75%6d%65%6e%74%2e%77%72%69%74%65%28%27%3c%61%20%68%72%65%66%3d%22%6d%61%69%6c%74%6f%3a%61%72%7a%61%6e%74%40%66%72%65%65%2e%66%72%22%3e%61%72%7a%61%6e%74%40%66%72%65%65%2e%66%72%3c%2f%61%3e%27%29%3b')) en effet il est quasiment impossible de la diffuser sur le NET.
A noter que tant que la wi-fi est présente dans l'habitation, alors il n'y a aucun espoir de rémission.
Pierre
Le Saint

Soumis par Joyce le

Bonjour, je reconnais tous ces symptômes qui affectent mon mari.
le lien est impossible à copier, comment peut-on accéder à la "bouée" que vous lancez. Peut-on vous envoyer un mail ?
merci du fond du cœur

Soumis par Laurence Dulou le

Bonjour,
Pour toute maladie neuro-dégénérative il est plus qu'intéressant de faire un nettoyage des métaux lourds en faisant en effet une chélation, il y a plusieurs méthodes... après, il y a une supplémentation en complément aimentaire à mettre en place avec l'alimentation du Dr Seignalet comme le dit Corinne ci-dessus. Le mieux est d'aller voir un médecin-naturopathe ou un naturopathe qui pourra vous aider à trouver les suppléments adéquats à votre cas. Il y a pas mal de solutions et chaque personne est différente et la nature nous propose tellement de choix qu'il est essentiel que vous vous fassiez aider, un médecin-naturopathe ou un naturopathe serait le plus compétent.
Continuez à croire vous trouverez le thérapeute dont vous avez besoin j'en suis sûre...